Tenue Homme 14eme

Sous-vêtements :

Les sous-vêtements hommes sont composés d’une chemise et de braies. Ces deux vêtements sont fabriqués très simplement par assemblages de rectangles, comme à la mode viking. J’ai choisi de faire des braies longues pour mon homme afin qu’il n’ai pas froid au jambes. Et j’ai du m’y reprendre à deux fois pour la chemise, ayant fait la première bien trop grande (alors que taille S). J’ai donc offert la première chemise à un ami, plus costaud.

Après essayage de la cotehardie, je me suis rendu compte que les emmanchures et les manches de la chemise sont trop large. Il va donc falloir que je recommence une troisième chemise, avec des emmanchures plus petites, et certainement des manches courtes.

Toutes les coutures des sous-vêtements sont réalisées à la machine et à la surjeteuse pour les coutures intérieures. Les finitions sont faites au point roulé machine. J’ai choisi cela car ces pièces de costumes seront lavés régulièrement, contrairement aux vêtements, et donc j’ai préféré choisir la solidité.

Parmi les sous-vêtements on trouve aussi la coiffe. J’avais commencé une coiffe pour mon compagnon, alors que celui-ci n’était pas présent à l’appart… je n’aurais jamais dû commencer sans lui ! Parce que monsieur à une grosse tête et une chevelure imposante… Donc il faudra aussi que je recommence une coiffe plus grande.

Vêtements :

Les vêtements se composent de deux parties « obligatoires » : Les chausses et la cotehardie auquel j’ai ajouté un vêtement supplémentaire : une cape courte avec capuche.

Les coutures intérieures sont réalisées à la machine et à la surjeteuse, alors que les coutures extérieures visibles sont réalisée à la main. Un galon médiéval viendra compléter la tenue et parfaire les finitions, notamment au col.

Les chausses, mix entre les chaussettes et le pantalon, ont été assez compliqué à assembler. La partie haute est facile à réaliser mais le pied quand à lui est complexe. Il faut que cela soit vraiment ajusté à la taille du pied tout en le laissant s’enfiler et sans avoir de couture désagréablement placé sous le pied. Les chausses s’attachent à la ceinture ou aux braies. Pour le moment les nôtres s’attachent à la ceinture extérieur, mais cela viendra surement à changer.

La cotehardie que j’ai choisi de faire est assez longue mais sans gousset. Elle est donc fendue des deux cotés. Le plus difficile dans ce travail a été les manches. En effet le patron proposé, plus « moderne » avec une emmanchure en rond à un défaut. Il est impossible de fermer la manche en respectant le patronage… j’ai donc du improviser car je m’en suis rendu compte après avoir découpé mon tissu et je ne voulais pas « gâcher ». Résultat je ne suis pas 100% satisfaite de la manche, mais elle fait le job.

Le capuchon rend bien, mais les coutures intérieures machine et surjeteuse sont visible lorsqu’il est rabattu. Il va donc falloir que je prenne le temps de le doubler.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s